Je ne sais pas…

Il y a comme un genre de style de tabou sociétal sur le « je ne sais pas ».

À l’école, si tu ne sais pas, tu es mauvais, tu n’as pas étudié… c’est signe d’échec.

Le fait de dire « je ne sais pas » c’est avouer qu’on ne peut pas aider la personne en face de nous à comprendre, à s’enrichir. C’est avouer une sorte de défaite. Ce n’est pas grave en soi, mais l’humain étant un être social, il est difficile pour cerveau d’accepter d’être mis en côté « juste pour ne pas savoir ».

Je disais tabou sociétal parce qu’on nous apprend depuis tout jeune que ce n’est pas bien de ne pas savoir, qu’on est (à la limite) mieux de faire semblant de savoir pour ne pas être la risée de tous. L’ignorance est vue comme mauvaise, être ignorant c’est être stupide non?

Et pourtant…

Si vous saviez à quel point nous sommes tous plus ignorants les uns que les autres! Personne ne peut tout savoir sur tous les sujets. On est tous différents, on a tous des intérêts différents, c’est exactement pour cette raison que nous sommes des êtres sociaux. Nous avons besoin d’interactions pour s’enrichir, pour apprendre toujours plus.

Chaque humain est comme une pièce de puzzle, c’est en s’unissant que l’on peut former une image nette, un tout harmonieux.

On peut voir cette métaphore à l’échelle du monde entier, mais aussi à l’échelle d’un groupe d’amis, de collègues, etc. En unissant les savoirs et les forces de chacun dans un groupe, on crée une entité presque indestructible. La force d’un groupe réside dans le partage de connaissance et l’acceptation d’apprendre. C’est un peu ça aussi La Tank!

On ne peut pas apprendre si on a la prétention de tout connaître.

Justine

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.